Aider un animal

3582985
La SPA  est aux abois. Non seulement le refuge est complet mais les finances sont dans le rouge, s’alarme la nouvelle présidente de l’association.

Une nouvelle équipe prend les rênes de la SPA du Bourbonnais. Un nouveau bureau a été élu. Marie-Claire Pouillen a passé la main à Christine Mathonnat, nouvelle présidente de l'association qui gère et veille sur le refuge pour chiens et chats à Lusigny. Un refuge en difficulté.

1. Les finances de la SPA font grise mine

« Financièrement, on est presque au fond. Pour 300.000 € de dépenses estimées on a 90.000 € de recettes », indique Christine Mathonnat. « Il faut nourrir les animaux, payer les frais de vétérinaire pour soigner ceux qui sont malades, faire pucer, vacciner, stériliser ceux qui arrivent. Cette situation financière n'est pas nouvelle. Elle se dégrade depuis longtemps ». La suppression des contrats aidés n'arrange pas la situation : « On avait trois salariés, on n'en a plus que deux qui vont se terminer en mai et en juin prochain ». L'association n'est pas sûre de pouvoir les remplacer : « On pense peut-être prendre des personnes en service civique ou des CDD. C'est en réflexion ».

Coup de projecteur sur le refuge de la SPA du Bourbonnais

Les 500 adhérents et leur cotisation annuelle de 20 ou 30 € ne suffisent pas à couvrir les frais de l'association : « Le refuge reçoit des legs, des dons, les subventions des 91 communes pour la fourrière, ajoute Christine Mathonnat, mais ils ne permettent pas de boucler le budget ».

2. S.O.S bénévoles. L'association en quête de bénévoles

Objectif :  s'occuper des animaux, les promener mais aussi pour participer aux collectes d'aliments et matériel dans l'année : « On a besoin d'une quinzaine de personnes. On a également des travaux de maçonnerie, d'électricité et de plomberie à faire sur le refuge. On cherche des artisans qui pourraient venir nous aider ».

 

3. S.O.S donateurs. L'association lance un appel aux dons

Elle a besoin de nourriture pour les chiens et les chats ainsi que de matériel (produit de vaisselle, de nettoyage des sols, lessive, éponges, raclettes…). Les donateurs peuvent aussi profiter des collectes de nourriture et du bric-à-brac de l'association pour leur donner un coup de main. Cet hiver, le refuge a par exemple récupéré 3.600 € et 21 chariots de paquets de croquettes à Carrefour en emballant les cadeaux de Noël.

4. Un suivi des chiens et des chats qui seront adoptés

« On fera des contrôles à l'improviste chez les adoptants », précise Jean-Claude Rougier, vice-président de l'association. « Je vais former six bénévoles en droit qui effectueront ces contrôles », détaille l'ancien délégué du procureur. « A l'adoption, les propriétaires seront avertis de ce suivi qui se fait déjà dans les SPA de Vichy et de Montluçon et qui permet de lutter contre la maltraitance des animaux ». Ces contrôles seront mis en place à partir de la fin février.

Au refuge de la SPA du Bourbonnais, basé à Lusigny, le début d’année donne quelques espoirs (août 2016)

5. Adopter

Le refuge est saturé. Christine Mathonnat rappelle qu'il est « préférable d'adopter des animaux que de les acheter ». La SPA du Bourbonnais ne pratique pas l'euthanasie.

Pratique. Le refuge est ouvert les lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi de 14 h 30 à 18 heures. Il est joignable au 04.70.20.24.19. Tarif des adoptions : chien, 145 € ; chienne, 165 € ; chat, 105 € ; chatte, 125 €. Le calendrier 2018 de l'association est en vente (5 €).